<- CNRS 3, p. 432-433

CNRS 3, p. 434

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 435 Index des Cahiers

$

Penser - c'est s'adapter.

*

Je ne puis me représenter n objets distincts simultanés - c'est-à-dire qu'une collection (n + m) se résout d'elle même - et le nombre N = n + m est irréel - et si je trafique sur lui c'est en lui substituant un nombre N'<N = n' + m' tel que N' soit < n.

*

Littérature! tu n'es rien si tu ne me donnes la sensation de la découverte.

*

...On dirait, en vérité, que les systèmes philosophiques ou scientifiques - ont le pouvoir de bouleverser les choses! - Que sont-ils donc? - des essais de notation - de représentation - C'est pourquoi ils ont besoin de logique.

*

La géométrie est science des formes en tant que nous les créons et non en tant qu'elles nous sont données - Quant aux données de la géométrie ce ne sont pas des formes mais bien des opérations.

*

Deux genres d'esprits - les constructeurs - et les proxénètes.

*

Que les interventions ne sont que des commencements.

*

La volonté est l'état pendant lequel les centres "supérieurs" peuvent exciter certains muscles.

A chaque instant - le hasard s'introduit dans l'homme et le système nerveux semble adapté à ce destin - à ce jeu continuel.

Il y a attention lorsque cette excitation est équilibrée à temps.

 

Le moi en tant que classeur.

Alors y a-t-il une science du système nerveux? des lois autres qu'élémentaires? n'est-il dans son tout qu'un ensemble non analytique? et quoiqu'il soit évidemment fait pour ramener ce hasard incessant à un classement - à un ordre vital - pour nous saisir le tout est presque impossible [[ . Aj. inf.: une loi d'ensemble ]]


Date de création : 21-04-2003