<- CNRS 3, p. 225

CNRS 3, p. 226

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 227 Index des Cahiers

$

... Des faits mentaux se produisent... Je perçois outre leur particularité - leur "mentalité".

Comment les recevoir ou les interpréter?

< Ou comme action - c'est-à-dire comme liés à ce qui se passe dans la sensation actuelle -

ou comme pouvant tenir lieu de tout le reste - actuel >

Ou comme action actuelle - comparable aux sensations de faire - -- Déjà vu? - L'image retrouve son accommodation -

La mémoire donnée comme telle est caractérisée par ceci: A est donné - B est donné par A - visiblement - Mais A n'entraîne pas B maintenant - Je me reporte en un état où B A entraînait B.

Mémoire - M v Â

recherche

retard

imitation -

Tout souvenir est composé.

Tout état de conscience est composé.

Tous les faits mentaux sont déchiffrés selon leur composition.

 

A m'est donné - je regarde A comme portrait de a, antérieur.

 

X Si je ne le considérais pas ainsi, A (actuel) manquerait de sens. Or il a un sens - il se classe comme portion de route antérieure -

On ne considère pas comme souvenir le retour de faits ou objets élémentaires (mots usuels, images générales, gestes etc.)

La mémoire donnée comme telle, est donc l'interprétation de représentations complexes dont les parties sont liées par une règle que j'appelle passé - antériorité - etc...

Lorsque je cherche un souvenir je cherche une telle règle - je cherche à saisir un bout  et tirer à moi mon passé.

Mais ces règles ne sont pas analytiques, en général et si on donne une suite de telles relations, le prolongement de cette suite n'est pas donné - et ne peut être construit.

Elles sont analytiques lorsque les éléments se construisent les uns des autres et que l'ordre de construction successive correspond au temps -

X Mémoire, et mélange de nécessité et d'arbitraire - route nécessaire dont les éléments sont arbitraires

 arbitraires par rapport          à l'état antérieur

fonctionnement

transformation

souvenir


Date de création : 20-04-2003