<- CNRS 3, p. 413

CNRS 3, p. 414

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 415 Index des Cahiers

$

---> La mémoire individualise chaque être automatiquement en adjoignant à son système primitif - un système singulier de connexions non analytiques - Elle s'oppose mécaniquement au mécanisme général.

Sans elle, la physiologie suffirait - mais par elle on ne peut caractériser tel significatif - le contenu échappe non en espèces - mais en forme précise -

*

La parole intérieure insuffisante

pour le beau style.

*

Il y a  des cas où l'on sent que l'on (souffrirait) (comprendrait) (agirait). Si quelque chose ne s'y opposait.

*

La conscience est un procédé de transformation qui s'applique à certaines x ou excitations inconnues - Alors, à ces excitations se substituent des y - c'est-à-dire des "formes" (sensations) - qui à leur tour peuvent se changer soit en formes analogues (mémoire) soit en actes (volonté) --

*

Conscience - *sentiment de comb[inaison] de x, y, z - et: Quoi ne peut être fait automatiquement.

*

L'éveil, l'endormement - oscillations entre un monde simple et un monde double -

(entre deux mondes, l'un simple, l'autre multiple.)

*

La propriété "conscience" ne semble pas attachée à des parties du système nerveux lesquelles peuvent fonctionner consciemment ou inconsciemment.

Les sens organes.


Date de création : 20-04-2003