<- CNRS 3, p. 223

CNRS 3, p. 224-225

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 225 Index des Cahiers

$

La comparaison est la recherche de ce qui, dans 2 choses données, existe identiquement quoique avec des valeurs différentes. Moyen - Rapprochement - Voir ensemble ou de suite. Il y a donc quelque chose - qui variable - permet le dégagement de cette unité - permet la substitution dont cette unité est l'invariant (absolu ou gradué).

Pourquoi une comparaison de 2 choses est-elle souvent très postérieure à la connaissance séparée de ces choses? Je n'avais jamais songé qu'elles se pouvaient comparer et tout d'un coup, je le vois - Il arrive que la comparaison soit brusque - Il arrive qu'elle soit éloignée [[ . Aj. marg. g.: Ce retard est remarquable. Cf. l'Ame! ]] - et comme ménagée par l'effacement même de ses termes.

En tout ceci, le mécanisme est composé de la perception - de la discontinuité des noms et des objets précis - de la continuité des fonctions qui entrent dans la composition de ces objets et de la multiplicité des moyens d'excitation d'une fonction quelconque - Une fonction étant spéciale, comme je dis - excitée, elle ne produit qu'un genre de perception - et elle le produit sous toute excitation - A n modes d'excitation correspond 1 genre de perception.

 

*

Je suis dans telle attitude, immobile - les yeux regardent dans une direction - L'espace est en quelque sorte subdivisé et classé - Devant - derrière - haut bas - gauche droite.

Le lien des points vus - superficie ou couleur et profondeur - Surface et angle solide - bords du champ visuel. Fonction N ou netteté, fonction du lieu.

Les régions auditives.

Les régions de mouvement - Différence des portions de l'espace quant aux mouvements qui permettent de les transformer les uns dans les autres.

 

*

La main ou la division et l'opposition tactile - dynamique - "Tordre" "prendre". Appareil "universel".

Sensations réciproques -

Ecartement et fusion -

articulations et sensations -


Date de création : 20-04-2003