<- CNRS 3, p. 391-392

CNRS 3, p. 393

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 394 Index des Cahiers

$

La liberté est cette notion de dépendance et d'indépendance tour à tour qui caractérise les parties du système -

Ainsi le muscle est indépendant de tout autre muscle.

Les combinaisons sont nerveuses -

Un muscle est indépendant des sensations musculaires puisqu'on peut avoir des mouvements virtuels - Un muscle peut se représenter par une courbe continue - Mais non la connaissance.

*

Toute connaissance au delà de la sensation demande une coordination - Mais la coordination est instable - Elle peut seulement recommencer -

Mais la durée - l'attention et la durée de l'attention? Cela se lie à ceci: que le système humain total peut suivre des chemins différents - Il peut ou se substituer ou bien faire d'une partie de lui-même la condition du mouvement de l'autre -- l'objet fixe de l'autre - la donnée, le point d'appui. L'attention est entropique, tentative de réversibilité - de simultané - d'équilibre -

))Quand elle réussit c'est que sa durée coïncide avec une transformation d'une certaine nature - d'une coordination.((

Si le temps paraît indépendant des phénomènes qui le remplissent c'est que la conscience de ces phénomènes emporte toujours conscience d'une autre série occupant des fonctions dont l'entrée en jeu et la disparition sont communes à toutes les fonctions.

 

Le temps grandeur intensive, mémoire immédiate des changements immédiats du système en tant que formant un simultané croissant.

*

Vivre, c'est passer outre.


Date de création : 20-04-2003