<- CNRS 3, p. 389

CNRS 3, p. 389-390

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 390-391 Index des Cahiers

$

Une proposition générale ne correspond à aucun état mental observable - Elle symbolise un domaine d'existence de  & coordination.

Il s'ensuit que la Science représente non le monde qui ne peut être regardé que comme un fait particulier - mais la réduction [[ . Var. sup.: relation ]] de ce fait à des parties variables, reconnues dans leur indépendance et dont la dépendance peut représenter le monde.

                     *

Du mouvement libre d'un esprit - c'est-à-dire quel est son état hors des attentions - ou son mode de changement le plus général -?

Un muscle peut être ou relâché au maximum, ou en demi-détente ou en tension. -

Ce qui caractérise cet état libre c'est la forme réflexe immédiate c'est-à-dire l'uniformité immédiate de la réponse. Il me suffit de connaître la demande pour que la réponse soit produite. Mais l'attention se pose dès que cette connaissance ne se suffit plus - La demande, demande à être approfondie.

Alors la propriété générale de réponses subit une restriction et le système s'efforce de revenir à l'état initial par la mémoire - -

L'attention est la durée pendant laquelle l'action, ou l'excitation due à un certain événement, ne cesse pas - Et tous les événements intermédiaires

*

Liberté: quand les faits mentaux ne dépendent de faits mentaux uniques.                                                Mais toute tentative pour instituer une dépendance visible entre faits mentaux (ou entre sensation et perception) ou faits mentaux et actes - demande attention c'est-à-dire création d'une machinerie nouvelle qui me permettra de faire de B la réponse de A.

Mais ce pouvoir lui-même est limité par l'unité de                puissance.


Date de création : 20-04-2003