<- CNRS 3, p. 385

CNRS 3, p. 386

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 387 Index des Cahiers

$

 

Soit une surface limitée sur laquelle des quantités de couleurs b, r - sont placées - Il y a alors une grandeur   qui dépend seulement des groupements de ces quantités -

Soit   une région d'un seul tenant occupée par la couleur P

------

Remarque que le réflexe ordinaire - est régulier, identique - La structure est invariable - c'est une mémoire.

 

2   On peut regarder toute la légalité organique - tout le système physiologique comme une des variables indépendantes du système total - Ce système physiologique entre dans l'expression de la connaissance - et elle est indéterminée sans lui - mais il ne suffit pas à la définir -- En effet il nous est impossible de démontrer qu'à une valeur du système   - correspond une seule valeur du système   - D'autant qu'une seule valeur   , cela a-t-il un sens?

Peut-être que - ces valeurs - ne doivent pas ici être assimilées à des points, à des zéros - mais à des phénomènes finis se produisant dans des variables déformées - La correspondance a lieu en somme ))entre des excitations, des sensations, des perceptions, des contractions, phénomènes essentiellement indivisibles.((

 

1   La plus grande difficulté du psychologue est de se placer dans une situation unique - stable, - coordonnante - identique.

 

) 2  La relation du physique et du psychique doit être considérée elle aussi comme de la nature d'une coordination.

Il n'y a pas plus de réductibilité qu'entre la couleur et le muscle - et leurs associations sont de même nature.(

Il ne faut pas chercher   = F(  ) ni    = g(  ) - mais la coexistence et ses lois.

 


Date de création : 20-04-2003