<- CNRS 3, p. 382-383

CNRS 3, p. 383-384

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 384 Index des Cahiers

$

Le système moteur réalise l'immobilité - Et le système mental doit avoir besoin non moins, de réaliser quelquefois, un état analogue à l'immobilité.

Mais il y a une immobilité relâchée, et une tendue ou chargée.

*

En somme, idéalisme et le reste revient à ceci: Ce qui se voit - se sent - se touche - leur éloignement, leur grandeur etc. ne se suffit - dépend d'autre chose, fait partie d'un système complexe, inter-relié - réciproque, dépend aussi du passé - de ce système -

Mais cela ne paraît qu'à la réflexion.

On commence par les essences, les en soi - - c'est ce qu'on appelle les sens - (grossièrement). On fabrique le dedans et le dehors.

*

Il y a attention quand - dans une certaine durée d'un seul tenant - certains des événements qui sont perçus ou des excitations fournies - provoquent une certaine réponse, les autres événements étant privés de valeur d'excitation - de capacité de déclenchement.

Cette réponse peut n'être pas évidente - il y a tâtonnements.

      *

Quand on feuillette un livre d'une science inconnue - d'abord idées nombreuses, incohérentes puis restriction

La série mentale se divise en couples d'une seule façon -

Si j'ai a b c d etc. - et si j'ai comme division ab, bc, cd...

a b c d e f g h i j k l m n o p

*

Le perçu est troublé par le perçu.


Date de création : 20-04-2003