<- CNRS 3, p. 376

CNRS 3, p. 377

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 378 Index des Cahiers

$

Je fais des mouvements.

Pour le système nerveux - ce sont variations de charge.

Pour la connaissance sensations et perceptions ordonnées.

Pour les muscles variations de forme et de potentiel thermodynamique - états continus avec variations du 2ème ordre etc.

Mais la conscience est comme guidée par ces derniers

*

S'il y a des organes particuliers pour le plaisir, pour la douleur (cocaïne) ces affections pouvant être supprimées, troublées, perverties, - on voit mieux le degré de liberté de cet être humain, la relativité de ses tendances - la variété (manifold) dont l'être "normal" n'est qu'une valeur.

*

Qu'est-ce qui se conserve dans l'homme?

1° Des fonctions fondamentales simples

2° des souvenirs

3° des goûts, habitudes - tendances - etc. -

c'est-à-dire des choses inconscientes -

Rien de conscient ne se conserve (par définition même).

*

Il semblerait que tout état survenant quel qu'il soit est plus fort que tout état immédiatement antérieur.

Mais l'état antérieur n'est plus que retentissement ou

Ce qui l'emporte est ce qui sert de chemin, c'est le meilleur chemin.

La perception qui l'emporte est celle qui excite non seulement telle représentation - mais la force.

Ainsi dans les oeuvres de l'art les significations sont toujours accompagnées de moyens dynamogènes.


Date de création : 20-04-2003