<- CNRS 3, p. 373

CNRS 3, p. 374-375

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 375 Index des Cahiers

$

Transformation des coordinations les unes dans les autres -

*

Si on ne peut définir le rouge, le bleu etc., c'est qu'on ne peut les construire par des moyens et des opérations qui demeureraient visibles dans le rouge ainsi construit. Cf. nombres 1ers.

L'intellect ne connaît que des objets qui peuvent se construire et se décomposer uniformément et qui demeurent constamment composés et décomposés visiblement par un simple changement de perception. L'intellect ne connaît que le schème de la coordination - indépendamment des parties coordonnées.

Cf. mesure extensive - et grandeur intensive.

L'intellect conscience de l'accommodation - accommodation cherchée au moyen de pouvoirs volontaires - c'est-à-dire discontinus, moteurs -

*

Perception -

Direction - - -

Pluralité

Un état, phénomène, etc. constitue une unité lorsque pour s'y reporter il est nécessaire de faire varier l'angle de perception d'une quantité sensible. +

))Ceci implique que la variation d'une perception peut être une perception.((

+ Alors on associe ce phénomène à cette variation et l'unité phénomène est constituée.

Il y a plus - La variation de la perception est intimement unie à toute perception.

La perception va à [[ . Var. sup.: est évoquée par ]] la sensation qui lui fait éprouver une variation elle-même perceptible.

 

La perception est ce qui est - divisible - hétérogène - différentiel -

La perception est la sensation considérée comme signe -

La sensation est indivisible - inorganisée - limite - demande.

La perception est chemin, organisation, - réponse ou plutôt la sensation est considérée comme chemin d'autre chose.

La perception est toujours multiple et si on considère une sensation comme multiple c'est une perception puisque cette considération n'est possible que par l'usage de fonctions étrangères.

 

Perception - par elle A n'est plus un fait particulier mais un membre de la connaissance.


Date de création : 20-04-2003