<- CNRS 3, p. 368

CNRS 3, p. 369

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 370 Index des Cahiers

$

La sensation est présent jusqu'à la perception - ou résolution.

Le passé est donc la perception non plus distincte de la sensation ou la perception sans sensations, sans choc.

Un phénomène est permanent lorsqu'on peut repasser de sensation à perception.

Il y a une réversibilité - là - et ce retour multiple caractérise le simultané -

La mémoire redonne la perception - non la sensation.

Différence entre A et mémoire de A

Lorsqu'un souvenir se donne comme tel, nous connaissons que ce phénomène n'est ni sensation actuelle ni perception de cette sensation et nous lui attribuons alors une sensationpassée -  par une sorte de proportion --- = ---

Qu'est-ce qui est de moi? La mémoire s'oppose au moi instantané.

Enregistrement

 

Ce que l'attention réalise sur le champ et continûment -  une dépendance et subordination de fonctions - potentiel tirer peut être réalisé ultérieurement sans tension ->    c'est-à- dire tirer habitude <--

 

Le temps est un zéro fictif.

 

Si A est l'époque tp  M(A) à l'époque tr n'est pas égal à A.

Le souvenir de A dépend de l'époque actuelle M(A) =  (tr)

ou plutôt il dépend des 2 époques.

 

Le travail cherché est dans la détente - dans l'attention on regarde le but c'est-à-dire l'état situé après la déformation.

 

Veiller = pouvoir vouloir

 

L'ombre réveille - le Sommeil

Attendre = désirer

ex-spectare écarter de la vue au delà du présent


Date de création : 20-04-2003