<- CNRS 3, p. 220

CNRS 3, p. 221

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 222-223 Index des Cahiers

$

Ce que l'on sent et ce que l'on perçoit c'est - soi - c'est-à-dire une diversité.

 

*

Contraste, symétrie, ressemblance, identité etc - comparaison mesure - tout cela est accommodation - c'est-à-dire déformation d'organe pour transformer une impression en une autre capable d'action réflexe correspondante --

L'accommodation s'étend aux mouvements - aux travaux - à l'ensemble de l'être --

On s'accommode au sommeil, au mal -

 

*

Le rire et les gestes explétifs -

Je nomme ainsi les gestes insignifiants qui accompagnent le discours, la marche, la pensée - cette activité secondaire - satellite de la grande activité debout.

Personnages - êtres - de viande.

 

*

 

L'attention permet en quelque sorte une liberté d'accommodation. Si une intensité moyenne donnée i occupe depuis un certain temps ma perception - une impression assez différente de i - et plus faible peut se faire percevoir -

Le manège est délicat, dans lequel les intensités sont déjouées par des accommodations - postérieures -

L'accommodation est comme une opération sur l'organe. Elle implique - des variables indépendantes - l'objet - l'organe (x), - la perception. Ces choses prises avec des valeurs quelconques peuvent coexister - Mais il y a un ensemble de valeurs qui jouit de propriétés singulières - Par exemple une certaine direction angulaire coïncide avec un maximum de perception -

Dans tel azimut l'objet s'appelle quelque chose -

pour une valeur  +    - il devient une masse colorée

                  + 2         -     -    une forme - son nom etc.

La même marche s'observe dans la concordance des divers sens.

Vitesses.


Date de création : 20-04-2003