<- CNRS 3, p. 364

CNRS 3, p. 365

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 366 Index des Cahiers

$

Expliquer ou construire chaque variable par considérations projectives - en excluant le quantum.

------

Dans le rêve on dirait que ce qui pense, pense, comme la "Nature" se transforme - de proche en proche - Celle qui fait des monstres et qui s'imite jusqu'à se changer insensiblement - celle qui ne hait pas une répétition vraiment indéfinie, et dont l'image la plus fidèle est une algue immense qui se propage.

------

Le monde extérieur est le monde [[ . Var. sup.: groupe ]] de l'excitation inconnue et à un degré plus élevé - le monde de la coordination.

Mais en vérité nous ne communiquons qu'avec - nous-mêmes c'est-à-dire que nous pouvons dans tous les cas - quelle que soit l'étrangeté, la soudaineté, la peine, la domination ou vitesse qui nous sont proposées dans les phénomènes: les reproduire en qualité par notre pensée subséquente et cela sans aucune exception.

*

Qu'est-ce que l'automatisme de l'- - esprit, sinon que certains effets, actes, mouvements [?] [[ . Aj. marg. d.: l'association montre des faits de conscience comme termes d'une suite inconsciente et irréductible à la conscience. ]] peuvent être produits avec ou sans conscience - Mais la 1ère fois toujours par elle ou comme par elle, et finalement, elle absente1.

Et qu'est-ce qu'un effort de la pensée si ce n'est un effort pour dompter une résistance autre que pensée pour surmonter une déperdition ou un vague ou une complication qui sont indépendants de la nature de ces pensées qu'on veut forcer.

Comment ce problème de langue ou de géométrie peut-il être secouru par des efforts?

Et si un son brise le problème

*

On peut faire un décalque des coordinations.


Date de création : 20-04-2003