<- CNRS 3, p. 358

CNRS 3, p. 359

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 360 Index des Cahiers

$

Il y a un état pendant lequel les parties - les sens en particulier sont prêts à recevoir directement les impressions et à les transmettre grossièrement - la veille.

Dans le rêve, les excitations reçoivent des réponses qui dépendent seulement des excitations mêmes et des prolongements, charges résiduelles

Les excitations-signes perdent leur valeur de signe -

Le rêve est une sur-veille -

 

Au réveil c'est la mémoire qui revient la 1ère c'est-à-dire la reconnaissance de ce qu'on voit et sa relation avec ce qu'on sait.

On se rappelle soi - on se souvient de soi - c'est-à-dire d'une diversité à indépendances et dépendances - On domine le moment - le présent - la sensation -

)) Je compare la veille à une ligne mais sur un plan et de chaque point on peut viser d'autres points de la ligne - ou bien on peut contourner la sensation [[ . Var. sup.: l'excitation ]] - la considérer comme un point singulier - on la connaît mais on ne la lit pas. ((

)) C'est qu'on cherche alors à considérer ce qui ne dépend pas du chemin suivi mais seulement de certaines parties déterminées - celles qui vont ou doivent se répéter. ((

*

Le formel ne dépend pas des représentations.

L'attention ne dépend pas des représentations

Mais l'attention élimine cependant ce qui n'est pas significatif -

Elle est excitée par la représentation?

*

Att[ention] solidarité momentanée entre parties choisies - visibles et non visibles.

On voit très bien par l'analyse de l'accommodation, qu'une notion nette implique une correspondance entre n variables indépendantes. L'uniformité est réalisée.

On arrive alors à considérer le monde ordinaire comme le lieu de ces correspondances uniformes et une surface d'équilibre. Mais cette surface est plus difficilement réalisée dans le mental, où les phénomènes sont évanescents mais où ils se répètent. En d'autres termes le monde physique est celui où cette surface tend à la stabilité - Un petit changement reconduit à la stabilité. Il n'en est pas de même dans l'esprit.


Date de création : 20-04-2003