<- CNRS 3, p. 357

CNRS 3, p. 358

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 359 Index des Cahiers

$

J'ai la notion grossière des efforts produits par un corps sur mes muscles, des volumes (tacts) puis je discerne poids, volume, densité.

Enfin je coordonne de nouveau, mais purement ces variables et p = v d.

*

Toute représentation maintenue >   se transforme d'une certaine manière - L'attention n'a pas (X) d'action directe sur la représentation - Mais si la représentation est simple - on obtient hypnose - strabisme et arrêt mental.

Si elle est composée, ses parties deviennent apparentes - et on va de leurs existences indépendantes à l'unité de l'objet considéré où elles entrent.

 

X   - pas plus que l'accommodation sur l'objet regardé - L'accommodation compense la distance qui est variable - L'attention compense la trop faible durée - La trop faible sensibilité ou réactivité - ou la trop grande sensibilité d'à côté - Elle compense aussi la non-relation.

*

L'eau, le marteau ne servent dans la chute que de véhicule dynamique - L'image dans l'attention est un véhicule de liaison - Sa capacité excitative est variable - Mais dans une simple association cette capacité est minime.

A côté de la capacité excitative - ou à sa place? il faut peut-être instituer un milieu - Milieu où la représentation peut toujours se produire mais où ses effets diffèrent ---

*

Les parties du vivant ont en commun, les propriétés de:

  excitabilité

  charge limitée - puissance.

  usure et reconstitution

  spécialité

  sur activité empruntée

  inertie?

  phénomènes résiduels

  variations inverses - incompatibles -

Et de plus - l'excitation d'une valeur dans une partie - donne dans une autre partie et s'il n'en est pas ainsi alors les 2 valeurs sont non irrationnelles.


Date de création : 20-04-2003