<- CNRS 3, p. 356

CNRS 3, p. 357

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 358 Index des Cahiers

$

Je connais ma contraction musculaire par:

  une sensation particulière

  une localisation qui entraîne....

  un effet ou changement dans d'autres sensations.

 

Il y en a qui sont connues très indirectement. Ainsi la convergence binoculaire me revient en tant que distance extérieure.

*

Correspondances en général -

Différence est ce qui peut être noté soit par 1 signe soit par 2 ou n avec relations.

Lien entre choses quelconques.

*

Divisibilité infinie

...La ligne que je trace, je puis toujours l'arrêter en un point tel que sa position est indépendante de la ligne - n'est en rien déterminée par la ligne déjà tracée mais bien par autre chose.

Un arrêt et un prolongement de la ligne sont en réalité qualitativement différents.

 

La ligne droite est celle 1° dont les parties comprises entre des arrêts sont qualitativement identiques (ne peuvent différer que de grandeur -)

2° dont l'opération de superposition des parties peut se faire dans la ligne même, sans référence à d'autres choses tandis que dans le cercle, le prolongement se réfère à un point extérieur.

Elle se prolonge d'elle-même.

Il n'y a superposition que des arrêts.

*

Dépendance - indépendance des organes symétriques semblables.

*

Endormi, je ne puis vouloir m'éveiller

Eveillé je puis vouloir dormir et ne pouvoir.

 

"Au hasard" quand on se jette une excitation dans l'esprit comme le dé sur le tapis.


Date de création : 20-04-2003