<- CNRS 3, p. 338-339

CNRS 3, p. 339-340

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 341 Index des Cahiers

$

Lorsque je saisis un objet - l'étendue du mouvement [[ . Var. sup.: déplacement ]] de mon bras m'est indiquée a priori en fonction de la convergence oculaire qui elle-même est en fonction de l'accommodation de chacun des yeux.

Mais des expériences antérieures avaient construit une table de ces valeurs - Cette table est devenue réflexe - mais réflexe gradué - et non brut.

 

*

 

Ne pas Pouvoir lire

Cause de distance, non accommodation, lumière insuffisante - c'est toujours ne pas distinguer les caractères, ne pas trouver le mouvement.

.-. Il y a bien un point - tel que d'un côté sont des phénomènes indifférents - de l'autre douleur -

 

Le monde est un état d'équilibre de fonctions.

*

Relation de l'effort et du fait mental -

La prolongation d'un fait mental comporte une sensation d'effort.

*

))Dans le rêve l'attention très élémentaire existe et transforme son objet. -

L'attention transforme toujours l'objet - Elle est une transformation d'un objet - et cette transformation a un sens, elle tend à faire de l'objet une chose entièrement connue - c'est-à-dire retenue par mémoire et située cependant dans le royaume des variables [[ . Rat.: fonction ]] libres et volontaires - comme une fonction - avec toute généralité et variabilité - possédée - compensée - annexée -((

C'est un procédé de transformation de mes pouvoirs sur l'objet - Le passage d'une coordination à une autre plus étendue - plus liée - plus possédée -

C'est aussi le commencement de ce passage -


Date de création : 20-04-2003