<- CNRS 3, p. 312-313

CNRS 3, p. 313-314

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 314-315 Index des Cahiers

$

O philosophe! ne va pas plus loin - Ici - cela devient trop facile et trop difficile.

*

Ponctuation et pensée -

 

[Croquis]

On peut décomposer la conscience dans son changement en réflexes et en arrêts partiels - Ces réflexes sont perfectibles - devenir plus compliqués - plus étendus - S'établir pour une durée indéfinie -

*

L'angoisse est l'ensemble des phénomènes qui paraissent quand l'excitation n'est pas arrêtée par la réponse - Suspendu à la réponse qui ne vient pas - ou qui est redoutée - c'est la peur de soi-même et de ce qui va arriver en soi. Soi ne reconnaît plus soi. Trahison. Ruine. Surprise.

*

Nous jugeons que telles pensées ne comptent pas. La plupart des idées qui passent sont reçues et abandonnées comme des riens. Inégalité des idées, des mouvements, des moments - Importance - Ratures - Rejets - Adhésions. Adhérer à telle idée de soi-même -

*

Aucune représentation n'est isolée - ni simple - ni stable, ni nette dans son contour -

                      *

Jongleur

                      *

Pour le psychologue, supprimez le corps - pourvu que le système nerveux subsiste.

La psychologie connaissance du système nerveux alors chaque sensation représente une partie dudit système.


Date de création : 20-04-2003