<- CNRS 4, p. 392

CNRS 4, p. 393

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 394 Index des Cahiers

$

Philosopher est possible à cause de l'impossibilité de noter les intuitions. Ils en disent bien plus qu'ils n'en pensent.

Si, quand le penseur parle de l'Etre - etc. - on voyait exactement ce qu'il pense à ce moment, au lieu de philosophie, que trouverait-on ?

Qu'est-ce que le Cogito ? sinon tout au plus la traduction d'un intraduisible état ?(ibid.IV, 111)

*

Il m’est parfaitement inutile de savoir ce que je ne puis modifier.

*

f.2- R° e.v., aj, c.n.

Le pouvoir et l’argent ont le prestige de l’infini. Parce que ce n’est pas telle faculté de faire et de défaire que l’on désire précisément posséder. Nul ne convoite une puissance définie : ni l’exercice du gouvernement comme profession régulièrement tracée, ni l’or comme valeur d’objets bien déterminés. [aj. in commerces mer]

Mais c’est le vague du pouvoir qui fait mon désir, parce que je ne sais jamais ce que je pourrais venir à désirer. Je ne recherche pas ce qui est énumérable A . Je ne veux acheter que ce qui n’est pas pour le commerce.

C’est pourquoi tout le monde regarde dans le possesseur de ce pouvoir, toujours, en heureux joueur. Une chance est présumée à l’origine de toute grande fortune. Nul

Enfin, c’est l’idée de l’abus du pouvoir qui fait songer si intimement au pouvoir.

 

Travail défini me semble mener à cette propriété en force


Date de création : 20-04-2003