<- CNRS 3, p. 310

CNRS 3, p. 311

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 312-313 Index des Cahiers

$

L'accommodation est automatique, graduelle - quand elle est nouvelle.

*

Idée - à chaque fait   correspond antécédent et conséquent

       1° quant à la situation 2° quant à l'image -

 

La puissance d'apparition ou de déplacement d'une représentation est indépendante de la nature des variables qui y entrent. En somme la "situation" est très rarement commandée, modifiée par la représentation - quand elle l'est ou tente de l'être il y a attention.

La situation est proprement la valeur d'excitation d'une représentation - Cf. mémoire dirigée - non homogène

Cette valeur est variable - c'est la masse vive d'une représentation - la surprise montre que l'assimilation doit se poursuivre ainsi: Le travail est création d'une coordination (nouvelle ou difficile). La force vive - est la capacité d'excitation - Elle dépend d'un potentiel. La surprise dépend de mon état actuel, de l'intervention et de mon potentiel. Ce potentiel est épuisable momentanément et se recharge - sauf changements résiduels.

Tout ceci découle de cette considération = effet d'une représentation - Cet effet varie suivant la situation de cette représentation. Cette situation elle-même dépend des états totaux successifs - Ces états sont composés et forment à chaque instant des systèmes d'un seul tenant, ou solidaires, par des liaisons momentanées.

*

Une vive sensation quelle qu'elle soit, dérange ma pensée quelle qu'elle soit. Donc elle agit sur mon état, comme sur une variable spéciale - une excitation quelconque - Mais cette variable n'est pas ma pensée - elle lui est liée - elle en est l'organe -

changement de variable indépendante -

*

Expliquer clairement ce que tout le monde sent vivement


Date de création : 20-04-2003