<- CNRS 4, p. 362

CNRS 4, p. 363

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 364 Index des Cahiers

                                                                                                                     

Cette odeur d’anis que je déteste il y a si longtemps que je ne l’ai perçue que je commence à l’imaginer, à la retrouver avec curiosité dans une aspiration voulue, apprenant à l’aimer indirectement comme souvenir et danger sans danger, puisqu’elle est absente.

Aimer, serait-ce d’abord jouer en toute sécurité, s’adapter avec de façon purement libre, légère et intérieure – apprivoiser et finalement être apprivoisé ? (ibid. III, 456, Œ, II, 751)

*

- Aimer, disposer intérieurement – c’est donc entièrement – de quelqu’un pour satisfaire un besoin imaginaire, - et par conséquence pour exciter un besoin généralisé. (ibid. III, 456 Œ, II, 752)

*

Toutes les délicatesses de l’amour perfectionné, spiritualisé tendant à l’adaptation de plus en plus étroite de cette image cachée à l’idée diffuse du sujet lui-même.

D’approximations en approximations l’idéalisation dans ce domaine peut produire l’onanisme et l’homosexualité (quoiqu’elle ne soit pas leur seule origine). (ibid. III, 456 Œ, II, 753)

 

 

àAimer = être troublé par l’idée d’une possibilité et ce possible se faisant besoin, manque– ß (Œ, II, 752)

 


Date de création : 20-04-2003