<- CNRS 4, p. 359

CNRS 4, p. 360-361

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 362 Index des Cahiers

L’homme de verre

« Si droite est ma vision, si pure ma sensation, si maladivement complète ma connaissance, et si déliée, si nette ma représentation, et ma science si achevée que je me pénètre depuis l’extrémité du monde jusqu’à ma parole silencieuse ; et de l’informe chose jusqu’au désir se levant, le long de fibres connues et de centres ordonnés, je me suis, je me réponds, je me reflète et me répercute, je frémis à l’infini des miroirs – je suis de verre ». (ibid. III, 440 ; Œ, II,44, Log-book de M.Teste)

*

Moi, moi seul me sépare du rien, -seul diaphragme –(ibid. III, 443)

*

O !… l’entrée du « Monde » dans notre gymnastique – ( ibid. III, 449)

*

Cache ton dieu.  (ibid. III, 239; Œ, II, 66 et 489)  CK

*

Chrétiens : donnent à tout chacun une valeur infinie, et de plus, éternelle.

Antiques : l’individu n’a de valeur que sa valeur.

Modernes : je vaux comme unité et comme élément d’une réciprocité. (ibid. III, 443)

                                                                                              *

Le plus difficile dans la psychologie, est de savoir ce qu’on veut. (ibid. III, 445)

*

La logique ne fait peur qu’aux logiciens. (ibid. III, 450)

*

L’amour pour une certaine personne – l’unique objet – est un fait singulier en tant que l’attribution à ce seul objet du pouvoir excitateur qui est propriété si générale. (ibid. III, 456)

*

La foi est la force de faire le vrai.

Je veux que ceci soit vrai et m’y applique. (ibid. IV, 57, 460)


Date de création : 20-04-2003