<- CNRS 4, p. 348

CNRS 4, p. 349

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 350 Index des Cahiers




$

Sensibilité et conscience doivent apparaître quand les êtres doivent être modifiables par le milieu, dans un temps < e - etc…

Le fait capital est la division du système de chaque être, en systèmes susceptibles de vitesses de propagation très différentes.

La sensibilité est le ne pas réagir D’ABORD – ou le réagir par anticipation au moyen d’un changement d’état.

))C’est par l’introduction de la sensibilité que le nombre des états de l’être s’enrichit. Entre la puissance et l’acte s’interpolent des valeurs telles que : être sur le point de… venir de…, toutes nuances qui marquent une distinction de plus en plus grande avec le simple équilibre instantané – l’obéissance simple au milieu – la fonction continue – ((

Dans son principe la sensibilité est une propriété aveugle – fermée – qui ne sert à rien.

Située entre le hasard initial et l’automatisme final.

La naissance de l’indirect.

La sensibilité doit naître avec l’indépendance des éléments fonctionnels et la multiformité.

*

Parmi l’ensemble des demandes possibles,

les unes trouvent 0 réponse hors du système nerveux    nulle

les autres - -          1    ‘’ (réflexes)                              plaisir

les autres               m    ‘’                                             douleur

                                                                                    mémoire

Ce tableau de distribution varie suivant les phases.

Et cependant : Pour tel filet nerveux le contact se répercute en : douleur tandis que le filet contigu fera mouvoir en arrière brusquement le sujet.

*

Il n’y aurait pas de sentiment si le sentiment aboutissait, s’il allait droitement à sa mort dans l’acte ou la compréhension. Mais son vague est essentiel. Il est comme la perception de ce qui n’aboutit pas. Et le moi en effet n’aboutit pas.

La nature, l’essence du sentiment et de l’émotion est d’être incommensurable opposé donc à l’accommodation. C’est une sorte de définition et il faut remplacer le mot par la notion d’incommensurabilité.





Date de création : 20-04-2003