<- CNRS 4, p. 343

CNRS 4, p. 344

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 345 Index des Cahiers




                                                                         $

Tout l’être n’est pas à chaque instant. Et il faut qu’il connaisse à chaque instant ce qui lui serait possible, bon etc. Quand cette connaissance ne serait pas certaine.

Le sentiment est cette connaissance – sans valeur absolue – mais absolument nécessaire.

Sentiment venant des représentations et représentations dominées par un sentiment. Sans les sentiments les idées seraient égales.

*

2 choses sont analogues lorsque traduites dans un certain système de notations, elles y reçoivent la même expression. (Si les choses en question se réduisent à des notations on a identité =).

Ainsi chute d’un corps et mouvement centripète vers le soleil.

Différence entre le poète et le physicien – c’est que le 1er se sert du langage vulgaire et des images sans restrictions mais le second fait choix d’un système restreint et préfixé – un système unique.

Les relations entre le sentiment et l’analogie se conçoivent assez bien si on remarque la multiformité de correspondances qui existe entre le sentiment et les représentations.

*

Transformation des produits d’adaptation en moyens nouveaux d’adaptation. Mémoire.

Le but (c’est-à-dire la tierce fonction à mettre en jeu) devient intermédiaire. Je désire manger pour pouvoir faire ensuite autre chose – penser à autre chose, débarrasser.





Date de création : 20-04-2003