<- CNRS 4, p. 331

CNRS 4, p. 332

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 333 Index des Cahiers




$

 

Les théories modernes sur l’inconscient comme une forme de la dégénérescence tendent à détruire la route royale, péniblement tracée, magnifique, par l’occident. Bossuet comme type.

 

*

 

  Ame c’est-à-dire la pensée, la sensibilité, la connaissance, la perception, le mouvement, la présence – sans conditions.

  Ce qui voit sans œil, il entend sans oreille.

  Idée naturelle puisque le voir ne montre pas l’œil et que d’ailleurs les yeux clos, on peut revoir.

 

 

  La science comme « se coude nature »

 

*

 

 

  Ce petit coin de ma chambre où je regarde et où il me semble que ma vue se pelotonne, et que quelque extrémité se noue et se renoue et fasse beaucoup de chemins dans un point.

 

  Le rêve est donc un état limité – comparable à l’état de celui qui faute de réflexion et de combinaisons à longue portée, ne voit pas les contradictions qui se cachent dans des propositions.

  Le rêveur est réduit à ce qui est ; pour finir, par d’intermédiaire. Les phénomènes pour lui ne jouent pas des rôles. Une image n’est pas, en même temps qu’elle-même, un moyen d’aller à telle autre – etc. Tout est comme réel.

  On pourrait rêver un rêve infiniment semblable à la veille.

  Lorsque endormi depuis un temps on est éveillé par un bruit qui se rapporterait (éveillé) à l’idée A. – cette idée étant d’ailleurs quittée à peine pour s’endormir – il se produit un rêve instantané précédant hâtivement le réveil et comprenant A à l’état expliqué ou justifié par une histoire immédiate.

  Par exemple Ag[athe] se remue – ce bruit qui va m’éveiller éveille d’abord l’idée Ag[athe] avant d’éveiller moi et cette idée ou le nom se justifie ainsi : j’entends que quelqu’un appelle Ag[athe] Ag[athe] je vois ou je sais pourquoi, etc. etc. Puis éveil – c’est-à-dire l’état ou l’excitation éveille simultanément le quelque chose et le moi.

  Lorsque ce moi n’est donc pas réveillé par l’excitation il faut que la partie éveillée soit compensée – ne demeure pas isolée et cette justification part de l’idée éveillée au lieu de partir du tout (qui dort) et elle ne rencontre pas de contradictions.





Date de création : 20-04-2003