<- CNRS 4, p. 326

CNRS 4, p. 327

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 328 Index des Cahiers




$

 

Si on juge la littérature dans un esprit suffisamment habile pour la comprendre.

 

*

 

) Personnalité – Il y a en nous plus de facteurs, plus de fonctions qu’il n’en faut pour constituer notre personnalité c’est-à-dire    Une personnalité   Cf. pathologie.

Et c’est au moyen même de cette surabondance que se détermine notre personnalité. Je ne serais pas moi si je ne pouvais être un autre.

 

*

 

Nous sommes, penseur, à la merci des exemples que nous fournissent le monde expérimenté et la mémoire.

 

*

 

[Croquis.]

 

   Celui qui se dit, (effaré) j’ai besoin du cordonnier, du  maçon du boulanger. Moi je ne sais rien faire. Et il y a une mauvaise conscience – oubliant qu’il ne dépend ni du cordonnier, ni du maçon de---

 

*

 

   La vive imagination conduit à sa dépréciation par le réveil qui la suit – réveil d’autant plus sensible qu’elle fut elle-même intense.

   Mécanique - -

   Plus je te ressens, moins je te crois. Tu m’as trop secouée sans que j’en retrouve la raison suffisante (ö image, aventure). Rien ne suffit à te justifier. Sinon quelque désordre intime dont je ne sais rien que toi, qui ne t’y rapporte pas.

 

 

 

   Voir sa vue.

Entendre son ouïe

 

   Tout ce qui est remarqué – isolé est fichu.

   L’arbre montre d’un coup tout ce qu’a répondu et répond à une localité, à des circonstances diverses, un être fait par elles.





Date de création : 20-04-2003