<- CNRS 4, p. 320

CNRS 4, p. 321

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 322 Index des Cahiers




$

 

à il introduit une asymétrie ß

Ce procédé joue un rôle immense – à chaque instant on trouve des effets dus à ces pluralités. Ainsi un point est à la fois point et élément de courbe – d’où toute géométrie.

Et remarque que le procédé est encore plus fécond par psychologie que selon la physique. Car la psychologie permet de remplacer cet élément multiple R par son double R’. Et ce qui est vrai de R l’est de R’.

Si l’action n’est plus égale à la réaction – Si elle était toujours égale il n’y aurait ni sensation ni pensée – ni temps.

 

*

 

Ce qui se passe sur un miroir de forme bizarre ces déformations etc. – non compatibles avec notre géométrie ordinaire – ne peut s’étendre à l’espace entier ou sinon c’est la géométrie qui doit changer et nous mêmes. Par exemple un monde où le déplacement déforme sensiblement c’est-à-dire sans corrélative correction. Or ce canton doit rester partiel – mais partiellement il est réalisable. Partiellement veut dire que je reste (au moins moi) en dehors. C’est ainsi que l’on a conscience de son ivresse (jusqu’au point où elle envahit tout). Je vois tout tourner et je sais encore que rien ne tourne, que je suis ivre. Puis je m’accorde. Mais cet état incompatible avec la conscience n’est pas stable.





Date de création : 20-04-2003