<- CNRS 4, p. 319

CNRS 4, p. 320

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 321 Index des Cahiers




 

$

 

Je sais (et tu sais et nous savons) que je ne commence qu’à un certain degré d’excitation.

 

*

 

[Croquis.]

Le monde extérieur inconnu absolument ouvre et ferme mes communications entre deux parties ou pôles d’un appareil.

Alors une partie du milieu où la source E propage un état énergétique – ou vibratoire – est en même temps partie d’un autre système R où il y a un potentiel – et cette portion à double nature, ou double fonction change de conductibilité

  E change la conductibilité de R.

  Mais P R S ne réagit pas en général sur E. Il faut une autre organisation pour cette réaction.

  Suivant les variations de E.

  Les systèmes R et E sont indépendants – mais leurs variations ne le sont pas. Les variations de E déterminent celles de R, la réciproque n’étant pas vraie.

Compare ceci au hasard. Le numéro X de l’urne ne distingue pas les autres numéros – mais si j’ai parié sur lui ce numéro est à la fois 1 quelconque de l’ensemble, et un déterminant du gain – un élément conducteur de gain. L’acte de l’extraire est indépendant de lui. Mais lui commande le gain de son possesseur.

Un certain secteur de la roulette est à la fois identique aux autres quant à la rotation, et tout différent quant à moi de même que le corps R est à la fois identique au reste de l’espace quant à E et différent quant à P.

Le hasard est donc dû à la pluralité de fonctions d’un éléments.





Date de création : 20-04-2003