<- CNRS 3, p. 205

CNRS 3, p. 206

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 207 Index des Cahiers

$

La pensée a la forme d'un réflexe - Mais ce n'est plus un réflexe - Plus elle est intellectuelle plus elle s'en éloigne.

Le réflexe est fini - la pensée indéfinie - dès qu'elle ne se décharge pas en acte -

 

*

La métaphore, la relation rationnelle - la similitude sont des perceptions de fonctions, - d'identité -

 

*

Qu'est-ce qui est perceptible? -

la Réminiscence -

Fausse mémoire et variations de sensibilité

C'est-à-dire que l'impression de déjà vu peut être obtenue par plusieurs moyens - dont l'un est le - déjà vu réellement1.

Tout ce qui tient à la sensibilité peut être produit par plusieurs moyens différents - à cause de la spécialité des organes - d'où l'image mentale - produite soit par l'agent extérieur soit par un agent autre - dans le même organe - ou lieu.

L'hallucination est la localisation d'une image mentale quelconque sur une image réelle - localisation nécessaire sur l'image réelle - Toute image réelle occupe un certain lieu et interdit en général ce lieu - - Mais dans les hallucinations, cette localité peut être envahie par une image mentale - surexcitée.

                         *

Loi de spécialité des tissus =_ et loi de spécialité des directions dans le corps - Les qualités d'une certaine nature, sont attachées à une certaine région qui est déterminée par l'espace corporel, les mouvements -

a) les tissus sont spéciaux et sont distribués non uniformément

b) cette distribution est variable suivant des règles générales qui sont le groupe des mouvements possibles (anatomiques)

c) direction maxime, distribution, muscles -


Date de création : 21-04-2003